Uvira: la NSCC mécontente de l'interdiction de sa marche par l'administrateur

La marche prévue par la nouvelle société civile du Congo (NSCC) Uvira n'a pas été autorisée par l'administrateur du territoire monsieur  Rachid KASANGALA.

Pour Claude MISSARE, président de la Nouvelle société civile à Uvira, c'est une déception:  "Nous sommes deçus depuis que le conflit de Bijombo a commencé, nous avons tenu plusieurs réunions de pacification et de sensibilisation d'éducation en tant que société civile, il n'y a pas eu des solutions", a-t-il dit.

Bijombo, un village du haut plateau d'Uvira est le théâtre des atrocités entre différents groupes armés qui a fait plus de 90 morts et environ 76000 déplacés internes.

" Nous ne devons pas nous voiler la face. A Bijombo, il y a plusieurs groupes armés qui sèment la terreur, il y a des communautés qui sont armés", s'inquiète la NSCC.

Claude MISSARE rencherit que dans leur correspondance, la NSCC avait demandé qu'il y ait une force qui sera déployée à Bijombo pour neutraliser tous les groupes armés locaux et étrangers.

"Nous avons demandé à ce qu'on puisse désarmer cette population qui détient les armes illégalement", explique-t-il.

En outre la Nouvelle société civile du Congo promet qu'elle ne va pas baisser les bras.

"Nous peaufinons d'autres stratégies ", souligne Claude MISSARE ajoutant que "la manifestation n'a pas réussi. On a même essayé de faire un regroupement, la police nous a disperé, elle nous a même suivi jusque dans notre bureau" .

Top