Ebola en RDC : Des composantes de riposte déjà opérationnelles à Mangina

Le gouvernement congolais a lancé officiellement jeudi 2 août, la riposte générale contre la maladie à virus Ebola déclarée la veille à Mangina, localité située à environ 30 Km à l’Ouest de Beni-ville, dans la zone de santé de Mabalako, en territoire de Beni.

Lors de sa visite ce jeudi à Mangina, l’épicentre de l’épidémie, le ministre de la santé publique, le docteur Olly Ilunga a ainsi procédé à l’installation de toutes les composantes nécessaires pour lutter contre maladie virale.

Il s’agit des composantes de prise en charge, de surveillance et de prévention.

«La riposte de l’épidémie, c’est une riposte qui doit être bien systématique avec de commissions de prise en charge, de surveillance et de prévention», a indiqué le ministre Olly Ilunga.

Il a rassuré avoir laissé sur place à Mangina, une équipe d’experts (médecins, épidémiologistes, cliniciens psychologues et laborantins) qui vont coordonner la lutte contre l’épidémie d’Ebola.

«Que les habitants (de Beni, Ndlr) restent ne cèdent pas à la panique. Qu’ils restent  calmes, le gouvernement s’occupe d’eux. Nous allons les prendre en charge. Qu’ils restent chez eux, nous allons acheminer jusque chez eux tout ce qu’il faut comme prise en charge, comme traitement. Il faut aussi respecter les mesures d’hygiène : ne pas se serrer la main, se laver toujours les mains avec de l’eau chlorée, il faut aussi que les enterrements soient dignes et sécurisés», a-t-il exhorté. 

Vers la vaccination de la population

Dans la composante prévention, le gouvernement congolais entrevoit aussi une campagne de vaccination contre Ebola dans la zone sinistrée. Mais il dit attendre d’abord les experts identifier la nature du virus qui endeuille déjà des familles dans cette localité de Beni-territoire.

«Depuis l’épidémie en équateur, nous avons également prévu la vaccination dans les composantes de riposte. Mais l’option de vaccination est toujours levée après l’identification de la nature précise du virus en vue de déterminer le vaccin approprié pour cancer la chaine de transmission», a précisé le docteur Olly Ilunga.

Signalons que le ministre de la santé publique était accompagné de plusieurs autres personnalités dont le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies en RDC, M. David Gressly et le gouverneur du Nord-Kivu, M. Julien Paluku. Si M. David Gressly a salué la rapidité avec laquelle le gouvernement congolais intervient contre l’épidémie d’Ebola à Beni, M.

Julien Paluku a quant à lui demandé aux professionnels des médias de Beni et environs à la bonne gestion des informations relatives à cette épidémie en vue de sécuriser la population.

C’est le mercredi 1er août dernier que le gouvernement congolais a officiellement déclaré l’épidémie d’Ebola à Mangina, en territoire de Beni.

D’après un communiqué du ministère de la santé, sur les 26 cas rapportés jusque mercredi, l’on notait 20 décès.

Top