Initiative La Ceinture et la Route  : une nouvelle voie vers l’amélioration de la gouvernance mondiale

La construction de la Ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route maritime de la soie du XXIème siècle, qui sera plus tard désignée sous le vocable initiative « la Ceinture et la Route », a été pour la première fois proposée par le président chinois, Xi Jinping, lors de sa visite officielle au Kazakhstan et en Indonésie. Cette initiative se propose de stimuler la coopération au niveau mondial.

 Lors d’un symposium tenu à Beijing à l’occasion du 5ème anniversaire du lancement de cette initiative, le président Xi Jinping a insisté sur l’impérieuse nécessité de poursuivre conjointement la réalisation de l’initiative « La Ceinture et la Route », une démarche qui, selon lui, servira de voie importante à l’amélioration du développement global et de la gouvernance mondiale. Aussi, ajoute le président chinois, la réalisation conjointe de l’initiative « La Ceinture et la Route », favorisera la prospérité, le développement commun ainsi que la construction d’une communauté de destin pour l’humanité.

 A ce jour, plus de 100 pays et organisations internationales du monde entier adhèrent à la construction de « La Ceinture et la Route ». Le montant du commerce des marchandises entre la Chine et les pays riverains de « la Ceinture et la Route » a dépassé 5 000 milliards de dollars, tandis que les investissements directs dans ces pays ont dépassé 60 milliards de dollars. Ce volume important d’investissement a conduit à la création de plus de 200 000 emplois locaux.

Sur le plan international, l’initiative « La Ceinture et la Route » a été également couronné de succès, dans la mesure où, elle a été inscrite dans les résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies et du Conseil de Sécurité de l’Onu.

 Nouvelle conception

 C’est aussi le cas dans les milieux universitaires, où l’initiative « La Ceinture et la Route » s’est également invité dans le débat. C’est principalement le cas de Martin Jacques, professeur à l’Université de Cambridge de la Grande-Bretagne, qui s’est exprimé en ces termes : « La Chine a attiré beaucoup de pays du monde, grâce à la nouvelle possibilité qu’elle a proposée ». Et cette « nouvelle possibilité » est en fait la nouvelle conception dite « concertation, synergie et partage », proposé par l’initiative « la Ceinture et la Route ».

La « concertation » veut dire qu’il n'y a pas de partie dominante, mais une participation égale. Actuellement, un grand nombre de pays en voie de développement revendiquent d’accélérer le processus de l’industrialisation et l’urbanisation, et de réaliser l’indépendance économique et le renouveau de la nation. Mais les règles internationales sont maîtrisées par les pays occidentaux, qui ont davantage droit au chapitre, notamment au niveau des Institutions de Brettons Wood (le Fond monétaire international et la Banque mondiale). L’initiative « la Ceinture et la Route » proposée par la Chine souligne le principe d’égalité et la construction de la Banque asiatique d’Investissement pour les infrastructures et le Fond de la Route de la Soie, tient compte des besoins du développement des pays qui y ont adhéré. Le but est de parvenir à un cadre de coopération d’égal à égal.

La « synergie » veut dire toutes les décisions prises par voie de consensus. Au cours de ces cinq dernières années, les pratiques ont prouvé que « la Ceinture et la Route » n’est pas un club chinois, mais un cercle d’amis qui accueille tous les courants. L’initiative se connecte à plusieurs plans internationaux au niveau de politiques et de programmes, tel que l’Union économique eurasiatique de la Russie, le Plan directeur sur la connectivité de l’ASEAN, et le plan d’investissement de l’Europe. Les projets de coopération, comme le train Chine-Europe et le port du Pirée de la Grèce, ont également apporté des bénéfices aux peuples des pays concernés.

 Le « partage » veut dire qu’il n’y pas un Etat qui s’accapare de la part du lion. Des bénéfices sont mutuellement partagés. Le président chinois Xi Jinping a, plusieurs fois, indiqué que l’initiative « la Ceinture et la Route » est proposée par la Chine, mais les opportunités et les fruits qui en découlent sont pour le monde. Il a surtout mis l’accent sur la conjugaison des efforts afin de réaliser des progrès dans les projets qui tombent à pic pour apporter des bénéfices réels aux peuples locaux.

 Ces cinq dernières années, la construction de « la Ceinture et la Route » a non seulement promu la coopération économique du monde, mais aussi exploré la voie pour améliorer la gouvernance mondiale. Selon le président chinois, la prochaine priorité de faire avancer conjointement l'initiative est de réaliser son développement de haute qualité. Grâce à la conception dite « concertation, synergie et partage », « la Ceinture et la Route » apportera encore davantage de bénéfices au peuple, et servira de moteur pour l’amélioration du système de la gouvernance mondiale.

 

 

Top