Nord-Kivu : La société civile de Beni suspend les journées de deuil décrétées au lendemain d’une attaque terroriste

La société civile de Beni-ville a décidé de suspendre momentanément à dater de ce vendredi 28 septembre les journées de deuil décrétées au lendemain de l’attaque terroriste meurtrière qui a secoué la ville samedi dernier.

Se confiant à la presse au terme de l’assemblée générale extraordinaire de la société civile, M. Kizito Bin Hangi, son président, indique que cette mesure vise à permettre aux habitants de Beni de se ravitailler en vivres et non vivres.

«Nous avons décidé de suspendre temporairement ces journées de deuil pour permettre à la population de se ravitailler en vivres et non-vivres. Cela permet aussi la reprise des cours au sein des écoles, pour que les étudiants des institutions d’enseignement supérieur et universitaire passent aussi les secondes sessions. Nous nous sommes aussi engagés à faciliter l’intervention des agents engagés dans la riposte contre la maladie à virus Ebola», a déclaré M. Kizito Bin Hangi.

Cette suspension temporaire permettra entre-temps, d’après M. Kizito Bin Hangi, aux responsables de la société civile d’assurer le suivi des recommandations adressées aux autorités lors des échanges qu’ils ont eu avec le chef d’Etat-major général des Forces armées de la République Démocratique du Congo (RDC), le général Célestin Mbala et le gouverneur du Nord-Kivu, M. Julien Paluku arrivés sur place pour évaluer la situation au lendemain de l’attaque.

Concrètement, la société civile de Beni exige l’arrivée des ministres de l’intérieur et de la défense nationale en vue d’évaluer les opérations militaires de traque des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF).

En attendant, la structure citoyenne recommande au chef d’Etat-major général des FARDC d’ériger momentanément son quartier général à Beni pour réorganiser les opérations militaires en cours, en vue de stopper les massacres et ramener la paix à Beni.

C’est depuis lundi 24 septembre que les forces vives de Beni-ville observent des journées de deuil pour «pleurer» la dizaine de personnes tuées lors de l’incursion samedi soir à Beni-ville d’un groupe d’hommes armés assimilés aux rebelles ougandais d’ADF.

D’après la société civile, cette attaque a couté la vie à 24 personnes, dont 20 civils et 4 militaires.

Elle signale également une dizaine de blessés, des véhicules endommagés ainsi que des maisons incendiées. 

Claude Sengenya

Top