Patrick Nkanga affirme que l'opposition a peur des élections

Les déclarations de l'opposition visant à boycotter les élections du 23 décembre, sont considérées par le Front Commun pour le Congo (FCC) comme une défaite déclarée avant même la bataille électorale.

Patrick Nkanga, cadre du PPRD et communicateur de la Majorité présidentielle affirme que les opposants ont peur d'aller aux urnes car, dit-il, ils ne se sont pas préparés en conséquence.

Ce cadre de la MP qualifie le rejet du processus électoral en recusant la machine à voter par l'opposition comme une démarche purement politicienne.

"Les opposants ne sont pas prêts pour les élections. Ils veulent aller de dialogue en dialogue, de transition en transition. Ils parlent au nom du peuple, mais nous constatons qu'ils ont peur d'aller se présenter devant ce peuple qui est le régulateur suprême de notre démocratie", déclare Patrick NKanga.

Il soutient par ailleurs que depuis 2006, l'opposition se caractérise toujours par des atermoiements, des ambivalences et des ambiguïtés pour aller aux urnes.

"S'il fallait suivre l'opposition, ce pays n'aurait jamais eu une Constitution, celle sur laquelle nous nous basons maintenant. Il nous avancer et travailler avec ceux qui ont de la maturité en ce qui concerne les enjeux de notre pays", explique NKanga.

Sûr de la victoire du FCC aux élections, Patrick NKanga rassure que le dauphin de Joseph Kabila à la présidentielle et la structure qui le soutient sont prêts pour aller aux urnes le 23 décembre.

"Nous sommes entrain d'asseoir des stratégies de campagne. Au moment officiel, nous allons bataillé au niveau national pour que notre candidat puisse rafler la mise", confie-t-il.

Au sujet des sanctions de l'UE et des USA contre les autorités congolaises, Patrick NKanga se dit convaincu que le candidat du FCC n'a pas besoin de voyager à l'étranger pour gagner les élections.

"Le pouvoir se donne par le peuple et non auprès des officines internationales. Ce qui est primordial, est que le peuple s'exprime au travers le vote", souligne-t-il.

Somme toute, Patrick NKanga, candidat à la députation nationale, avise que la Majorité n'endosera pas la responsabilité en cas de non tenue des élections.

Top