Présidentielle 2018: réconciliation impossible de l'opposition  pour une candidature commune

Vivement souhaitée afin de maximiser les chances de réussite à la présidentielle du 23 décembre, l'idée d'une candidature commune de l'opposition appartient désormais aux calendes grecs après l'échec de l'Accord de Genève.

Cependant, certaines figures de l'opposition y croient encore, à l'instar de Claudel Lubaya de l'Uda qui dans une tribune a appelé à un rapprochement entre le camp Lamuka de Martin Fayulu et le camp FathiVit pour arriver cette fois à un consensus.

Chose impossible soutient Bertrand Ewanga de Ensemble et un des porte-paroles du candidat président Fayulu. Intervenant sur les ondes de Top Congo, ce dernier a laissé entendre "qu'il est trop tard à l'heure actuelle d'envisager une telle démarche", car selon lui "Martin Fayulu a déjà une longueur d'avance. Donc il est impossible de faire marche en arrière".

Bien que regrettable pour certains sympathisants de l'opposition, ce point de vue de Bertrand Ewanga semble être plus réaliste quand on sait que Fayulu et F. Tshisekedi, chacun à son tour, invite l'autre à le soutenir pour la présidentielle du 23 décembre 2018.  

C'est explique que ni l'un, ni l'autre ne prêt à désister au bénéfice de l'autre.

Certes la politique est un terrain de compromis permanent, au stade actuel, une réconciliation entre les deux coalitions de l'opposition s'avère impossible.

Top