Fédération congolaise de tennis : Emile Ngoy élevé au rang de président d'honneur

Fort de son bilan très positif durant son mandat de 4 ans à la tête de la Fédération congolaise de lawn tennis (FECODELAT), le professeur Emile Ngoy Kasongo a été élevé au rang de président d'honneur de cette fédération.

Ce, après avoir mis son mandat en jeu à l'issue d'une élection à laquelle il a perdu face à son challenger Georges Koshi qui a été élu président du nouveau comité directeur de cette fédération au deuxième tour dans des circonstances pas très loyales car les électeurs "auraient été influencé de voter pour ce dernier sous prétexte que Emile est déjà vice-président de la CAT et que si Georges Koshi échouait, il quittera d'office le tennis".

Des sources indiquent que tout a donc été malignement fait pour lui aménager la Fédération locale !

D'ailleurs après le vote, Georges Koshi a lui même modestement reconnu" qu'il n'y a eu ni vainqueur, ni vaincu".

Toutefois, c'est avec la tête haute que le professeur Emile Ngoy Kasongo quitte la direction de la Fédération congolaise de lawn tennis.

Passionné de la petite balle jaune, il a à son actif plusieurs réalisations qui resteront inscrit dans les annales du tennis congolais.

Parmi lesquelles on note entre autre, la construction et la réhabilitation des terrains de tennis dont celui du stade des Martyrs, la remise des équipements et matériels de tennis aux différentes ententes ligues du tennis à travers le pays, la formation des entraîneurs, la dotation d'un siège à la Fédération, la promotion de la pratique du tennis chez les plus jeunes à travers le programme Tennis junior initiative (JTI) initié par la Fédération internationale de tennis (ITF), régularisé les cotisations de la RDC à l'ITF et tant d'autres.

C'est également sous l'ère Emile Ngoy que le tennis congolais va enregistrer ses premières lettres de noblesse en raflant deux médailles d'or aux Jeux africains de Brazzaville en 2015, qualificatifs pour les Jeux olympiques de Rio.

L'histoire retiendra de lui un impressionnant lobbying aux instances internationales de tennis où il a plusieurs plaidé pour le développement du tennis.

"C'est grâce à notre palidoyer  que la Fédération internationale de tennis a reduit de 700 à 250 Usd les cotisations des fédérations de la zone C", a fait savoir Emile Ngoy dans son discours bilan.

C'est qui lui a même valu la reconnaissance de ses compairs africains par son élection entant que vice-président de la Confédération Africaine de Tennis (CAT) et président de la Zone III afrique. 

C'est donc avec une totale confiance et plein d'ambition que Emile Ngoy Kasongo peut désormais assumer ses nouvelles fonctions au niveau continental pour le développement  du tennis.

"Il n'y a ni remord, ni regret", a confié Emile Ngoy Kasongo, d'un air jovial et loyal après sa défaite arme à la main, à cette élection où il espérait avec mérite d'obtenir un deuxième mandat.

Chapeau bas monsieur!