• 07-04-2022

Transport aérien : Le ministre Chérubin Okende annonce la création de la compagnie Air Congo avec à la clé 7 aéronefs de nouvelle génération

À la suite d’une question d’actualité lui adressée par l’élu de Monkoto Célestin Engelemba, le ministre Okende des Transports apporte toute la lumière sur les difficultés que traverse de la compagnie nationale Congo Airways dont le seul Airbus en état de naviguer est en entretient technique au Maroc. Entretemps, avec la réduction du coût du billet d’avion de 40%, la demande de voyageurs a explosé, ce qui a conduit le gouvernement à conclure un accord de partenariat stratégique avec Ethiopian Airlines, avec à la clé 7 aéronefs de nouvelle génération ; contrat qui devra déboucher à la création de la compagnie Air Congo, où la RDC détient 51% des parts contre 49% pour Ethiopian Airlines.

Le ministre des Transports, Voies de communication et Désenclavement était, ce mercredi 6 avril devant la représentation nationale pour fournir des éléments de réponse à la question d’actualité lui adressée par le député national Célestin Engelemba en rapport avec le transport aérien en RDC.

 

Pour le ministre Chérubin Okende, au regard des difficultés de fonctionnement de Congo Airways, le gouvernement a pris la mesure de la situation dramatique qui se vit dans le secteur du transport aérien congolais pour conclure un accord de partenariat stratégique avec Ethiopian Airlines. Au terme de cet accord, le groupe Ethiopian Airlines met à disposition de Congo Airways, 7 avions de nouvelle génération qui devraient, à terme, aider à l’avionneur national à relancer le vols nationaux et internationaux, défiant par là même cette fameuse liste noire de l’Union européenne dans laquelle la RDC a été logée depuis plus de trois décennies.

Ce partenariat stratégique engendre la compagnie Air Congo au sein de laquelle la RDC dispose de 51% des parts contre 49% pour Ethiopian Airlines.

Dressant par ailleurs l’état des lieux de son secteur, le ministre a relevé qu’il s’observe depuis un temps, une grande perturbation de la desserte des vols domestiques dans le pays, particulièrement les suspensions des lignes, annulations inconsidérées de vols, bousculades et débarquement des passagers.

 

S’agissant du dossier d’acquisition de 4 avions en faveur de Congo Airways, le ministre Okende a précisé qu’en date du 18 novembre 2019, Congo Airways avait conclu avec les constructeurs brésiliens un contrat pour l’achat de 4 avions neufs dont la livraison du premier était prévue en décembre 2021. Le coût total de cette acquisition a été évalué à cent trente-trois millions deux cents mille dollars américains.

Le montant avancé n’avait pas été clôturé, faute de la garantie souveraine exigée et le gouvernement n’avait pas accordée. L’État congolais était contraint de payer cette commande au comptant, en acompte de treize millions neuf cent quatre-vingt mille Usd versé à l’avionneur brésilien.

Avec l’impact négatif de la pandémie Covid-19, il y a eu un réaménagement du calendrier assorti d’une conditionnalité qui consistait à verser encore deux millions six cent soixante-quatre mille dollars au titre d’acompte représentant les 4% prévus avant la première livraison.

 

À la suite des aléas administratifs de la chaîne de dépense publique, Congo Airways n’a pas été à mesure d’honorer ses engagements.

Le non-respect des échéances fixées par le contrat ainsi que les différents avenants qui étaient signés ont naturellement entraîné le report de la première livraison prévue en décembre 2021.

Néanmoins, a informé Chérubin Okende, la situation de la compagnie nationale Congo Airways est précaire et ne peut pas garantir un bon fonctionnement opérationnel.

Toutefois, Congo Airways est encouragé à négocier un 4è avenant dans lequel la commande de trois aéronefs serait annulée, en proposant en même temps à la partie négocier un plan de paiement des soldes à verser pour l’acquisition d’un avion déjà disponible.

En août 2021, quand l’arrêté du ministre d’Economie nationale portant fixation de nouveaux tarifs de titre de voyages sur l’étendue du territoire national, a expliqué par ailleurs le ministre, le 2ème Airbus de Congo Airways était envoyé au Maroc pour un entretien technique.

Entretemps, la politique tarifaire adopté avait largement contribué à l’augmentation de la demande des clients à hauteur de 40%, une demande exponentielle devrait être soutenue aussi par une offre conséquente d’un aéronef dans le pays.

Pour satisfaire sa clientèle, Congo Airways s’est vu dans le besoin d’acquérir de nouveaux appareils pour maintenir le rythme de travail.

 

Devant cette situation un contrat de leasing de six mois a été conclu avec Kenya Airways pour la période allant du 15 septembre 2021 au 15 mars 2022.

En janvier 2022, la partie Kenya Airways a procédé à l’évaluation du contrat de leasing, conformément aux engagements du départ, à l’issue de laquelle Kenya Airways et Congo Airways ont décidé de ne pas renouveler ce contrat pour, entre autres raisons, les opérations commerciales se sont révélées non viables, le désagrément des clients qui voyaient leurs bagages être débarqués, l’exhorbitance des dépenses dues au logement et à la prise en charge des visas et titres de séjour des membres de l’équipage…

Congo Airways a aussi misé sur le retour imminent de son Airbus envoyé en entretien technique au Maroc, lequel devait revenir avant le départ des aéronefs de Kenya Airways.

Malheureusement, a déploré le ministre Okende, à la suite d’une imprévue de dernière minute causée par le directeur technique, cet avion n’a pas pu être ramené si tôt.


Le Potentiel / MCP, via mediacongo.net